2018 - Mythologies contemporaines

Visuel brochure 2018

2018 - Mythologies contemporaines

Présentation de l'exposition par Pierre Olingue,
président d'Imajeu

Chaque année est l’occasion de relever un nouveau défi ! En prenant comme point de départ les «Mythologies» de Roland Barthes, nous savions que nous allions avoir à décrypter de très près certains mythes fondateurs de notre société.
Faisant appel cette année à la jeune photographe Marina Gadonneix, nous savions également que notre réflexion allait bénéficier de son approche aiguisée des éléments de la société. Un grand merci à elle d’avoir su nous faire prendre cette hauteur nécessaire dans nos propositions.
Et comme le disait Aristote : «Les mythes sont des récits mensongers, qui rapportent la vérité».
J’ose espérer que vous prendrez le même plaisir, que par le passé, dans l’exploration de cette nouvelle édition. 
Nouveau défi également, la mise en place de la première photothèque de prêt, issue des collections d’Imajeu. L’occasion de faire bénéficier, à tous les habitants de Maromme et de la Métropole, d’une sélection d’une centaine de photographies extraites d’un fond riche de près de trois mille photos.
Pour démarrer cette collection, vous allez devoir, dans l’exposition de cette année, faire le choix des dix premières photos que vous souhaitez voir entrer dans cette photothèque.
A vous de choisir vos mythes et merci encore de nous encourager dans notre démarche.

Les mots de notre photographe invitée, Marina Gadonneix

Qu’est-ce qu’un mythe, aujourd’hui ?
Je donnerai tout de suite une première réponse très simple, qui s’accorde parfaitement avec l’étymologie : le mythe est une parole(...) le mythe est un système de communication, c’est un message(...) c’est un mode de signification, c’est une forme.
Le mythe a un caractère impératif, interpellatoire (...) il est tourné vers moi, je subis sa force intentionnelle, il me somme de recevoir son ambiguïté expansive.

Roland Barthes

Mythologies de Roland Barthes (1915-1980) est un des grands textes du XXe siècle, paru en 1957 aux éditions du Seuil. En une cinquantaine d’essais (Le monde où l’on catche, la DS, jouets, au music hall...)
Roland Barthes observe l’imagerie de la France des années 1950. Selon lui, l’objet mythifié véhicule les valeurs bourgeoises sans jamais le dire, comme si ces valeurs étaient des évidences unanimement partagées.
Pour Roland Barthes, le mythe est un langage «j’en retirai la conviction qu’en traitant les «représentations collectives» comme des systèmes de signes on pouvait espérer sortir de la dénonciation pieuse et rendre compteen détail de la mystification qui transforme la culture petite-bourgeoise en nature universelle. »

Il tente dans Mythologies de définir de façon méthodique le mythe contemporain.
Ainsi dans l’essai sur la DS il cite, «Je crois que l’automobile est aujourd’hui l’équivalent assez exact des
grandes cathédrales gothiques : je veux dire une grande création d’époque, conçue passionnément par des artistes inconnus, consommée dans son image, sinon dans son usage, par un peuple entier qui s’approprie en elle un objet parfaitement magique.»

Telle une œuvre collective née d’artistes anonymes et rassemblant le peuple tout entier dans une même communion aux nouvelles valeurs.

C’est donc à partir de cette œuvre majeure que nous avons débuté nos réflexions et interrogé a notre tour la question des Mythologies contemporaines.... en 2018.
Les photographes se sont saisis du texte, sources d’inspirations et de discussions. Chacun s’est donc attelé à produire une série d’images, résultat de leur recherche et de leur écriture personnelle en résonance aux Mythologies de Roland Barthes.

▷ Visite de l'expo Imajeu - 2018
▷ A propos de Marina Gadonneix
▷ Visite du workshop - 2018
▷ Télécharger la brochure Expo - 2018